L’entretien de votre patrimoine
Accueil / Les services en ligne / L’entretien de votre patrimoine

L’entretien de votre patrimoine immobilier

Un bien immobilier se valorise dans le temps à condition d’observer, dès votre emménagement, les règles d’utilisation normale et d’entretien courant.

Au titre de vos obligations légales, il vous incombe notamment de :

faire ramoner votre conduit de cheminée une fois par an.


nettoyer vos gouttières.


vérifier l’état de votre toiture.


entretenir la chaudière à gaz de votre logement en souscrivant un contrat d’entretien auprès d’un spécialiste.


nettoyer régulièrement les bouches et les grilles de la VMC de votre logement.

L’utilisation des équipements

La ventilation

Son fonctionnement

L’aération de votre logement est assurée par la ventilation mécanique contrôlée (V.M.C) qui permet un renouvellement constant de l’air en évitant tout phénomène de condensation.

L’air neuf pénètre par les pièces dites sèches (chambres et séjour) à travers les grilles d’entrée d’air sur les menuiseries. Cet air neuf circule par le jour réservé en partie basse des portes intérieures de votre logement.

L’aération demeure constante et le système d’extraction permet de rejeter l’air vicié par les pièces dites humides (cuisine, salle de bains et WC) qui comportent des bouches raccordées, par des gaines, au groupe V.M.C.

Tous les mois, nettoyez après démontage, les bouches d’extraction d’air et les grilles d’entrée d’air avec une éponge et à l’eau savonneuse.

Conseils d’utilisation

Dans votre logement, la V.M.C doit fonctionner de façon permanente et sans obturation des bouches de ventilation.
En effet, ces incidents provoqueraient de brusques changements de température et des phénomènes de condensation pouvant, notamment, apporter des moisissures. Dans la cuisine, ne branchez jamais votre hotte motorisée sur la V.M.C.

Attention

Si vous souhaitez aménager une pièce en lingerie ou en salle d’eau, il est nécessaire d’y prévoir une ventilation raccordée à la V.M.C.

Le chauffage

Quel que soit son mode de chauffage, un logement neuf a des parois qui n’ont jamais été chauffées et qui contiennent de l’eau utilisée pendant la construction.

Des phénomènes de condensation peuvent donc se produire le premier hiver malgré un bon chauffage et une bonne ventilation.

Une période de réchauffement en chauffage continu de deux à trois mois est nécessaire.
Ce phénomène disparaîtra l’hiver suivant, les parois étant parvenues à leur taux d’humidité d’équilibre.

Le chauffage électrique individuel

Conseils d’utilisation

  • Ne posez jamais d’objets ou de linge sur les convecteurs
  • N’obturez jamais les grilles des convecteurs et aspirez régulièrement la poussière, à travers les grilles, pour une bonne diffusion de la chaleur
  • Veillez à ce que les thermostats soient correctement réglés à la température souhaitée mais n’en modifiez pas constamment le réglage.

Attention

En cas d’absence et en période de chauffe, maintenez votre chauffage allumé en plaçant le thermostat sur la position “mini” ou “hors gel”.

L’installation électrique

À partir du tableau coupe-circuit situé dans l’entrée de votre appartement ou dans le garage de votre maison, les points lumineux et les prises de courant sont raccordés sur des boîtes de dérivation. Seul un technicien peut intervenir sur cette installation.

Si le disjoncteur se déclenche : la demande électrique est trop importante : la puissance fournie par votre fournisseur d’énergie est dimensionnée pour votre installation.

Si vous dépassez la puissance souscrite, votre disjoncteur se déclenche. Il vous suffira de couper les appareils trop consommateurs d’énergie et de ré-enclencher le disjoncteur.

Attention

N’oubliez jamais de couper le courant sur votre disjoncteur avant toute intervention sur votre installation électrique, même pour changer une ampoule.

Le chauffage au gaz

Conseils d’utilisation

  • N’oubliez pas de purger vos radiateurs à l’entrée de l’hiver et à chaque fois que vous entendez du bruit dans les canalisations, afin d’ôter les bulles d’air qui s’insèrent dans le circuit
  • Si vous constatez une baisse de pression sur le manomètre de la chaudière indiquant des pertes d’eau dans le système de chauffage, rajoutez de l’eau par le robinet de raccordement au réseau d’eau froide, placé à proximité de la chaudière
  • Vérifiez régulièrement vos robinets de gaz pour éviter toute fuite

Il est conseillé de prendre un contrat d’entretien auprès d’un spécialiste qui vous garantira le bon fonctionnement du système et de votre matériel.

N’hésitez pas également à faire appel à lui pour la remise en marche de votre installation au début de la période de chauffage.

Attention

En cas d’absence et en période de chauffe, maintenez votre chauffage allumé en plaçant le thermostat sur la position “mini” ou “hors gel”.

Si votre logement est équipé d’une cheminée

Veillez, lorsque vous n’utilisez pas votre cheminée à foyer ouvert, à bien obturer son entrée d’air et son conduit.
Vous éviterez à la fois des déperditions thermiques importantes et des perturbations dans le fonctionnement de la V.M.C.

N’oubliez pas non plus de faire effectuer un ramonage annuel de votre cheminée.

Un appareil peut être à la masse : le disjoncteur différentiel concerné signalera le court-circuit ou l’appareil défectueux.

Quelques précautions d’utilisation :

  • ne débranchez jamais un appareil en tirant sur le fil car vous risqueriez d’arracher la prise encastrée.
  • veillez à ce que vos appareils électro-ménagers soient branchés sur une prise aux caractéristiques adéquates. Un lave-linge, par exemple, doit toujours être raccordé à une prise de terre.
  • ne superposez jamais plusieurs prises multiples.
  • pour les salles de bains, les règles de sécurité sont très exigeantes.

Si vous désirez y poser un équipement électrique, comme un éclairage ou une armoire de toilette, demandez obligatoirement conseil auprès d’un spécialiste.

Pour un appartement, assurez vous que le syndic de copropriété ait bien souscrit les contrats d’entretien nécessaires au fonctionnement des installations communes de l’immeuble.

L’entretien régulier de votre logement

Tous les mois

V.M.C : Nettoyage des bouches et grilles d’entrée d’air

Ballon d’eau chaude : Manipulation de la manette de vidange

Tous les 6 mois

Siphons du lavabo, de l’évier et de la baignoire : Nettoyage

Quincaillerie : Graissage

Puisard et canalisations : Nettoyage et lavage

Tous les ans

Chaudière à gaz : Vérification et purge avant l’hiver

Conduit de fumée : Ramonage

V.M.C : Nettoyage

Gouttières et descentes : Vérification et nettoyage

Eléments de fermeture de la menuiserie int. et ext : Graissage

Terrasse privative : Nettoyage sous la dalle sur plots

Tous les 2 ans

Menuiseries extérieures : Peinture

Eléments extérieurs en bois (pignon, fronton…) : Peinture ou vernis

Regards : Visite et nettoyage

Volets roulants : Nettoyage des guides

Installation électrique : Serrage et réglage par un électricien

Tous les 3 ans

Canalisations extérieures : Curage

Tous les 5 ans

Toiture : Vérification par un spécialiste

Les travaux d’aménagement extérieur

Conseils d’utilisation

Les travaux d’aménagement réalisés dans votre logement, après sa livraison, ne doivent jamais supprimer un élément de la construction existante.

En effet, chaque élément joue un rôle bien déterminé qu’il risquerait de ne plus remplir s’il était, même partiellement, supprimé.

Quels que soient les travaux envisagés, nous vous conseillons donc de toujours faire appel à un professionnel de la construction.

L’entreprise que vous aurez choisie, assurera l’ensemble des garanties pour les ouvrages qu’elle aura réalisés.
Elle sera également responsable de tous les désordres pouvant survenir à d’autres ouvrages si ces désordres sont dus aux nouveaux travaux exécutés.

Avant toute modification, il vous appartient d’observer quelques règles : vous devez, d’une part, respecter strictement les dispositions du cahier des charges du lotissement ou le règlement de copropriété.

D’une manière générale, veillez à ce que les travaux que vous souhaitez réaliser ne modifient pas l’harmonie de l’ensemble immobilier ; vous devez également obtenir, s’il y a lieu, les autorisations administratives nécessaires, en particulier le permis de construire ou la déclaration de travaux.

La réalisation d’une terrasse attenante

Si vous faites réaliser une terrasse attenante à votre maison, quelques précautions sont à prendre : elle devra avoir une légère pente vers le jardin pour permettre l’évacuation de l’eau de pluie.

De plus, les terres provenant des fouilles devront être évacuées afin de ne pas gêner l’écoulement des eaux ; son niveau fini devra être inférieur de 15 cm par rapport au niveau du sol du rez-de-chaussée, et son assise suffisante pour éviter les affaissements ; un joint souple de désolidarisation devra être posé entre votre terrasse et le mur de votre logement, et entre votre logement et toute construction rajoutée, comme un mur d’intimité ou la terrasse de votre voisin.

La pose d’une clôture

Si vous souhaitez faire poser une clôture, assurez-vous des contraintes prescrites dans le cahier des charges de l’ASL ou de la copropriété.

Les plantations

Des règles de servitude imposent des distances à respecter dans les plantations d’arbres ou d’arbustes.

Il est notamment obligatoire de respecter une distance de deux mètres de la clôture en limite de copropriété, pour les arbres dépassant deux mètres de hauteur et une distance de 0,5 mètre pour les autres.

De plus, les arbres, les branches et les racines qui avancent sur le sol doivent être coupés à l’aplomb des limites. Éloignez également le plus possible les arbres de votre construction, surtout ceux qui ont des racines horizontales peu profondes, car ils risquent de déstabiliser les fondations de votre logement et d’entraîner des désordres dans votre construction au niveau du plancher et des murs.

Les plantations

Des règles de servitude imposent des distances à respecter dans les plantations d’arbres ou d’arbustes.


Newsletter

Je m'abonne à la Newsletter Loger Habitat